La refonte du code du travail présentée par Mme El Khomri et voulue par le Premier Ministre constitue une attaque sans précédent contre les travailleurs de ce pays. C'est une précarisation généralisée que l'on nous prépare, et les Français qui ont signé massivement la pétition ne s'y sont pas trompés. Il faut maintenant se retrouver dans la rue pour obtenir le retrait de cette loi.

Cependant, je vois une deuxième raison pour laquelle il faut se battre comme des chiens cette fois-ci, et surtout gagner. Une raison certes politicienne, mais qui peut nous valoir une certaine protection contre des attaques futures : il faut se battre parce que c'est la gauche qui présente ce texte.

Je m'explique. La France n'est pas une île à part dans le monde, et ce mouvement de droitisation libérale, certes bien avancé chez nous aussi, a déjà été mis en place dans une grande partie de l'Europe. Et à chaque fois, les plus grands coups ont été portés par les sociaux démocrates : Blair au Royaume-uni, Schröder en Allemagne, Zapatero en Espagne, Prodi et maintenant Renzi en Italie, et depuis 2012 Hollande fait le sale boulot en France.

La raison en est simple, libéraux, conservateurs ou sociaux démocrates sont tous sur la même longue d'onde sur la politique économique, ils sont tous, peu ou prou convertis au libéralisme et aux ordres des multinationales. Mais pour des raisons que j'ignore, qui tiennent certainement de la psychologie ou d'un certain romantisme politique, les peuples se mobilisent plus facilement quand les attaques proviennent de la droite.

Il ne faut donc rien lâcher cette fois-ci, montrer que même quand le pays est dirigé par des gens qui se disent de gauche, la colère peut s'exprimer massivement. Et surtout, il faut gagner pour l'exemple, pour que les éventuels futurs gouvernants de gauche y réfléchissent à deux fois avant de nous trahir. Pour le moral, mais surtout pour le symbôle que cela représenterait, il nous faut une victoire contre cette "gauche"-là.

 

Et surtout, n'oubliez pas, la première manif, c'est  :

Le 9 Mars à 14 H. à République (et partout en France)