A priori, je ne suis qu'un paranoïaque qui voit la main du FN partout. La preuve ? C'est que même Mr Philippot, le clone dédiabolisé de Mme Le Pen (éh oui, un homo n°2 du Fn, qui l'eût cru il y a seulement quelques années ?), et la patronne du parti d'extrême-droite elle-même se sont fendus d'une intervention déplorant le manque d'humanité du maire de Champlan, celui-là qui a refusé d'inhumer un enfant de deux mois et demi dans le cimetière de sa ville, juste parce qu'il était Rom. Eh oui ! ils peuvent se parer d'humanité et de grandeur, les caciques du FN, désormais, ils n'ont plus besoin de parler, de diffuser leur venin sur la place publique, les autres, ceux qui sont censés être républicains, le font à leur place, tant ils ont peur de perdre la leur, de place.

De fait, la prise de position de l'édile de Champlan n'est pas le fruit du hasard, elle est le fruit de trois années de "dédiabolisation" du FN, orchestrée par Marine Le Pen et mise en musique par les médias qui trouvent là une bonne occasion de faire de l'audimat tout en prétextant favoriser le débat démocratique. Trois ans, presque quatre, que les leaders du FN sont invités partout, que leur avis est demandé sur tout et n'importe quoi. Trois ans qu'on présente le FN comme un parti ayant assimilé les valeurs de la République. Il ne les a en rien adoptées ces valeurs, il les a perverties ; regardez ce qu'ils font de la laïcité si fondamentale à l'identité française : une arme anti-islam ! Trois ans que le discours anti immigrés, anti Islam, anti Roms, anti pauvres se diffuse un peu partout.

Le FN ne s'est pas "dédiabolisé", c'est le contraire qui s'est produit, ils ont réussi à diaboliser une part plus de plus en plus grande de la population. C'est ainsi qu'il faut voir l'acte du maire de Champlan, comme une victoire intellectuelle du FN. Désormais ils n'ont plus besoin de prendre le pouvoir, leurs idées y sont déjà, bien imprégnées dans les cercles politiques et médiatiques.

Pour lutter contre cela, il faudrait bien plus que des paroles de politiques que plus personne n'écoute de toutes façons. Il faudrait des actes forts, mais que peut-on attendre d'un gouvernement qui se couche dès que la réaction montre le bout de son nez ? Il y aurait pourtant une décision puissante à prendre : suspendre le maire de Champlan ! Juste histoire de montrer où sont les limites !

C'est bien parce qu'ils ne le feront pas que Marine Le Pen à gagné, que sa "dédiabolisation" pourra continuer son oeuvre diabolique !