En 2012, la classe médiatique a bien senti que la seule vraie opposition crédible face au système venait de la gauche et du Front de gauche. Ainsi, depuis l'élection présidentielle, médias et politiques n'ont eu de cesse de décrédibiliser le Front de gauche et son principal porte-parole Jean-Luc Mélenchon, quand dans le même temps, ils s'efforcaient de donner corps à la dédiabolisation du Front National.

Donc, le discours cru et dru de Jean-Luc Mélenchon a été raillé, traité parfois d'antidémocratique quand de fait il était le seul à traduire en mots l'immense colère d'une partie des Français. Les divergences entre le Parti de Gauche et le Parti Communiste ont abondamment été relayées, quand dans le même temps les propositions de ces partis restées inaudibles dans les médias. Mme Le Pen était traitée dans les médias et les sondages comme la seule alternative possible quand les résultats plus qu'honorables du Front de gauche dans les mêmes sondages n'étaient même pas donnés.

Et pourtant, à bien regarder ces mêmes sondages, on se prend à penser que la vérité médiatique est bien différente de la vérité du pays profond. Certes, il faut prendre avec des pincettes ces pseudo enquêtes dont on voudrait nous faire croire qu'elles sont scientifiques, mais comme elles indiquent toutes ou presque les mêmes choses et que celles-ci sont passées sous silence, peut-être y a-t-il comme un début de vérité à trouver ici, finalement.

Et que nous disent-ils ces sondages ? D'abord qu'avec des scores entre 8 et 11 %, le Front de gauche ne s'écroule dans aucun d'entre eux. Son score reste proche de celui obtenu par Jean-Luc Mélenchon à la présidentielle. Ensuite, et c'est le cas dans tous les instituts, si la cote de popularité de Mme Le Pen reste élevée, elle baisse assez fortement. Entre 5 et 10 points sur les trois derniers mois selon les instituts. Dans le Même temps, celle de Jean-Luc Mélenchon remonte. Évidemment, rien de tout cela ne vous a été communiqué, car cela va à l'encontre des schémas que se sont faits nos journalistes de pacotille, à savoir qu'en période de crise, l'extrême-droite doit monter.

Il y a un autre fait qui vient étayer la thèse d'un Front de gauche de nouveau audible et attractif, c'est le score d'audience réalisé par Jean-Luc Mélenchon a chacune de ses interventions télévisées. Il bat des records à chaque fois. Certes, c'est dû en partie à ses qualités de tribun, mais aussi et surtout à une volonté d'entendre enfin un discours différent qui ne fait pas de l'autre un bouc-émissaire.

Alors, il faudra bien faire attention au soir du dépouillement des élections européennes. Il pourrait bien y avoir une surprise, mais elle pourrait venir du Front de Gauche. C'en sera une de surprise, parce que personne n'aura pris la peine de vous l'annoncer, pourtant elle ne viendra pas de nulle part, elle viendra d'une attente réelle des Français.