On se souvient évidemment de Georges W. Bush et de sa clique, sa garde rapprochée de conseillers, les Donald Rumsfeld, Paul Wolfowitz, et autres Richard Perle, que l'on a qualifiés de néo-conservateurs ou de faucons. Il vont imposer une politique ultra-libérale sur le plan intérieur, très sécuritaire, et ultra-interventionniste sur le front extérieur, les guerres d'Irak et d'Afghanistan sont là pour nous le rappeler. C'est à eux que l'on doit la notion de "l'axe du mal". Dans bien des pays, ils auraient étaient classés à l'extrême-droite de l'échiquier politique. Disons pour le moins que c'était l'ultra-droite.

Certes, François Hollande n'appartient pas à cet extrême-là, et je me garderai bien de faire des amalgames. Pour autant, à l'échelle de la France, on peut être surpris par certaines similitudes.

Elu sur le thème du changement en matière de politique intérieur, la politique économique de François Hollande se caractérise surtout, avec le Strauss-Kahnien Pierre Moscovici à la baguette, par une écoute attentive du patronat., et une ponction quasi-systématique des classes moyennes. En matière de sécurité intérieure, les haussements d'épaules de Manuel Valls n'ont rien à envier à ceux de ses prédecesseurs et surtout à ceux d'un certain Nicolas Sarkozy. Quant à la politique étrangère de la France, il suffit de voir les faits : en mois de 18 mois, la France est intervenue militairement au Mali, et projette de le faire en Syrie, à la remorque des Etats-Unis.

En France, pendant 5 longues années, c'est la politique de Nicolas Sarkozy qui a été qualifiée de pro-américaine. Nicolas Sarkozy était un petit faucon français, un néo-conservateur made in hexagone. Mais, au moins il était en cohérence avec son bord politique et avec son programme électorale, il faut au moins lui reconnaître cela.

Le problème avec François Hollande, c'est que sur bien des aspects, sa politique est exactement la même. Il va même parfois plus loin, comme sur les retraites où il parachève la réforme de 2010. Si Nicolas Sarkozy était un néo-conservateur, François Hollande l'est donc aussi. Le problème, c'est qu'il est censé être de gauche et qu'il n'a pas été élu pour ça.

PS : pensez à vous enregistrer à la newsletter !