Depuis bientôt une semaine, la France entière est focalisée sur ce qu'il convient d'appeler l'affaire DSK. DSK, dans toutes les émissions ou presque, DSK dans toutes les conversations, dans toutes les pensées, bref DSK partout. Pourtant, qu'on ne s'y trompe, il s'agit certes d'un fait divers certes exceptionnel puisqu'il touche une personnalité politique de premier plan, mais au final ce n'est qu'un fait divers qui n'empêchera pas le monde continuer à tourner demain matin.

Pourtant, il me semble bien qu'en Espagne commence en ce moment un mouvement, qui s'il durait, pourrait bien s'étendre et être annonciateur de vrais bouleversements.

Depuis une semaine, la jeunesse précarisée de ce pays manifeste et campe sur les places principales des grandes villes. Des milliers de jeunes occupent la Puerta del sol à Madrid, et ils sont rejoints par des milliers d'autres espagnols de toutes origines et conditions sociales.

Ce mouvement est exceptionnel à plusieurs titres. Tout d'abord parce qu'il ne s'agit pas seulement  de manifester contre le chomage, la précarité ou les plans d'austérité, non, dans les campements on parle de refaire le monde, on s'organise, tout est autogéré. La jeunesse espagnole est en train de réinjecter de l'utopie dans le réel.

La seconde raison pour laquelle se mouvement mérite notre attention, c'est justement qu'il concerne la jeunesse espagnole. Une jeunesse très précarisée, au taux de chomage le plus élevé d'Europe, et surtout un jeunesse qui jusque là était peu politisée.

Mais, c'est pour une troisième raison que ce mouvement est exceptionnel : les manifestants ont utilisé les même modes d'opérations pour se mobiliser que dans les pays arabes. Le sentiment que j'ai, c'est que le printemps arabe est en train de gagner l'Europe. La soif d'égalité, de liberté, de justice serait-elle en train de sauter la Méditerranée ?

C'est en Espagne que notre attention devrait être focalisée, pas à New York !

 

Sur d'autres sujets :

Jacques rappelle à ceux qui s'insurgent contre les conditions de détention faites à DSK, que la France n'est guère mieux.

retrouvez les petites histoires d'A tort ou a raison.

Détours à Tours nous rappelle que pour les radars de vitesse, l'état ne respecte pas ses engagements.