Chaque hiver c'est la même chose, dès qu'il y a 3 flocons de neige, plus rien ne circule dans ce pays, c'est la panique totale sur les routes, les aéroports ou les lignes de chemin de fer. Hier, nous avons quasiment battu des records, et je sais de quoi je cause, puisqu'il m'a fallu 5 heures pour faire 42 kilomètres, coincé sur des routes verglacées qui visiblement n'avaient pas vu l'ombre d'une désaleuse.

Mais attention, rien à voir avec les intempéries de janvier 2003 qui avaient coincées des milliers d'automobilistes. A l'époque, il y avait clairement un manquement de la météo qui n'avait pas vu venir les chutes de neige et donc aucune prévention n'avait pu être faite. Rien de cela cette fois-ci puisque depuis 24 heures les médias avertissaient que le nord de la France serait en alerte orange. Et pourtant, hier encore des milliers de personnes en rade dans les aéroports, des centaines de kilomètres de bouchon, plus aucun bus en circulation dans toute l'Ile de France. Alors pourquoi est-ce que ça arrive chez nous, et pas chez nos voisins du nord qui connaissent ce genre d'intempéries bien plus souvent que nous ?

La réponse est simple : depuis un certain nombre d'années nous n'avons de cesse de diminuer les moyens des services publics, de supprimer des postes de fonctionnaires. Les services de l'équipement n'ont bien sur pas été épargnés, loin de là. Comme les hôpitaux, la police, la justice, et tous les services publics désormais, ils sont en sous-effectifsous-effectif permanent. A cela il convient de rajouter que les réductions budgétaires drastiques qui entraînent un manque criant de matériel pas toujours en bon état. Et cela ne risque pas de s'améliorer avec le budget 2011.

Depuis 2003 et la loi de décentralisation voulue par Jean-Pierre Raffarin, les compétences des DDE ont été transférées aux régions et départements, sans que les moyens nécessaires suivent toujours. De plus, complètement isolés, ces administrations n'ont plus aucune vision dans l'ensemble. Dans le même temps, les services de l'Etat n'ont plus les moyens d'exercer leurs responsabilités sur les compétences qui leur reste, comme je l'ai expliqué ci-dessus.

Evidemment, il convient de ne pas oublier la privatisation des autoroutes par Dominique de Villepin en 2006. Privatisation effectuée pour remplir les caisses de l'Etat, au détriment de l'entretien des voies, car chacun sait que ce n'est pas la priorité d'une entreprise privée.

La galère rencontrée hier par des milliers de personnes ne doit donc rien au hasard. Elle est la conséquence directe des politiques libérales menées dans ce pays et accentuées depuis l'arrivée au pouvoir de Nicolas Sarkozy. Mr Hortefeux a beau jeu de s'inspirer de ce qui se passe à l'étranger. La solution passe par une question de volonté politique, visiblement elle n'est pas là, il y aura donc de nouvelles heures de galères aux prochaines chutes de neige.

Sur le sujet :

Je ne suis pas toujours d'accord avec lui, mais sur ce sujet je partage complètement l'avis de nicolas dupont-aignan.

Sur le web :

dasola a beaucoup aimé le dernier livre d'Antoine Bello.

Pour savoir ce qu'il advient quand on perd le code d'accès à son cervea, c'est chez presque voix.

Le désir d'enfant de Carla Bruni a inpiré Le journal des tueursnet.

jef fait un beau billet sur la conscience citoyenne.