Certes de nombreux blogs ont émis des doutes sur la pertinence de l'enquête publiée par Le Figaro. Quelques journaux et sites d'informations également (Libération, Rue 89, Marianne, pour ceux dont j'ai eu connaissance, France Inter également). Mais dans l'ensemble, les principaux organes médiatiques, du moins les plus écoutés, ceux dont on dit qu'ils font l'opinion, ceux là ont repris les chiffres du Figaro pour argent comptant, participant de fait à cette vaste entreprise de désinformation.

Pourtant, le même jour, l'institut CSA publie pour l'Humanité un sondage sur le même sujet (http://www.csa-fr.comwww.csa-fr.com/accueil.asp) , en employant une méthode téléphonique plus rôdée et moins polémique, et avec des questions moins orientée, laissant la possibilité de ne pas répondre. Et si cette enquête confirme évidemment l'approbation d'une majorité de Français envers les mesures annoncées, elle le fait dans proportions nettement moindres (jusqu'à 20 % de différence, ce n'est pas rien), mais surtout, elle laisse poindre un grand scepticisme sur leur efficacité et sur la politique sécuritaire du gouvernement.

Le constat est limpide : cette enquête n'a été reprise par personne. Et pour cause, le journal L'Humanité n'est pas vraiment la tasse de thé des principaux propriétaires des grands médias. Regardons un peu :

Le sondage (du Figaro) est réalisée par l'IFOP, société appartenant à Mme Parisot, patronne du MEDEF, qui ne passe pas pour être une gauchiste acharnée. Il est publié par Le Figaro, propriété de Serge Dassault, élu UMP et grand ami de Nicolas Sarkozy. Il a ensuite été abondamment relayé par TF1 et Europe 1, dont les grands patrons font partie de la bande du Fouquet's et sont des intimes du chef de l'Etat. Les médias publics, quant à eux sont englués dans des problèmes internes liés à la nomination par le chef de l'Etat de leur PDG, ce qui fait planer les plus grands doutes sur leur indépendance. Si à cela on rajoute que les dirigeants d'autres grands groupes ne cache pas leurs sympathies pour le pouvoir actuel, on comprend bien mieux la disparition de l'enquête CSA des informations.

Eh oui, Nicolas Sarkozy s'occupe de tout, même de l'information. Cela fait du bien de le rappeler de temps en temps.

Sur le sujet :

Le sondage du Figaro suscite encore plein de réponses : plume de presse, Jacques, fanal-safranfanal-safran, detours à tours

Sur le web :

kleio s'interroge : l'économie est-elle une science ?

La plume dans l'kawa nous montre par l'exemple ce qu'est la crise du logement.

La salsa de Sarkozy, c'est chez tropicalboy.