Alors que le gouvernement va proposer une loi au Parlement sur l'ouverture des magasins le dimanche, le Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie (CREDOC) publie un rapport intéressant qui relativise très fortement l'intérêt économique d'une telle initiative.

L'argument majeur donné par le gouvernement est que cela va relancer la consommation et l'emploi. Or l'étude qui s'appuie sur ce qui a déjà été fait à l'étranger montre qu'il n'en ait rien, bien au contraire. Ce sont essentiellement les grandes surfaces qui bénéficient  de cette ouverture, mais les gens n'ayant pas plus d'argent, ils ne consomment pas plus. Les petites surfaces alimentaires, et plus généralement les petits commerces vont donc en pâtir. Cela pourrait se traduire par des pertes d'emploi. De plus, il ne devrait, toujours selon cette étude, y avoir aucune conséquence sur les prix, qui ne devraient pas baisser.

En outre l'étude montre que beaucoup plus que des ouvertures dominicales, se sont des des ouvertures tardives de magasins qui auraient la faveur des Français.

Enfin, l'enquête rappelle ce paradoxe : si 52 % des Français sont favorables au travail le dimanche, 60 % refusent de travailler ce jour-là.

A part ça, il ne s'agit pas d'une mesure idéologique ou d'un cadeau du gouvernement à ses amis de la grande distribution.

On peut se procurer l'étude à cette adresse : http://www.credoc.fr/ C'est malheureusement payant, cependant on peut trouver sur internet  des articles qui en parle, l'AFP notamment: http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5ie7pA-jeWJBY5mGlX95PrkujbiwA